Pourquoi j’ai pratiqué les arts martiaux ?

PAR_5220

Ceux qui viennent à mon cours disent que ce que j’enseigne est difficile.

Enfant, j’avais l’exemple de la difficulté et de l’exigence. La précision était un minimum dans le choix des mots comme des gestes. Je devais affronter des adversaires plus forts et apprendre à vaincre. Ce goût m’est resté.

J’ai suivi les enseignements de Noro Masamichi senseï en Aïkido et d’Iwami Toshio soke en Hyoho Niten Ichi Ryu kenjutsu parce qu’ils étaient difficiles.

Noro portrait Freund pt
Noro Masamichi senseï. Photographie de Christian Freund ©

Leur technique était certes magnifique mais cela ne m’a jamais suffi. Leur prestance était pour le public et l’impressionnait. J’étais leur élève et, à cause de cette position particulière, seule l’exigence de leur enseignement m’intéressait. Ils possédaient tous deux une tension vers le vrai, un éclair de beauté et, dans le même temps, ils recelaient comme une ombre de souffrance, patinée par un dur labeur, magnifiée par des heures de répétition du même geste.

_MG_9985Iwami Toshio soke. Photographie d’Antonin Borgeaud © 2011

L’ascèse de mes maîtres les avaient rendus pleinement humains. Je ressentais au plus profond les efforts qu’ils avaient fourni pour s’élever à la maîtrise. Je vivais dans le sillage de leur exemple.

Loin de toute superficialité, ils se faisaient timides au moment de la leçon quand le geste vivant leur échappait pour ma plus grande joie. Ils ne pouvaient surjouer l’attitude au risque de mentir devant leur mentor, Ueshiba Moriheï senseï ou Imaï Katsuyuki soke. Souvent en cours, ils nous racontaient comment ils rêvaient d’eux, comment leur maître venaient à eux à la nuit venue. Ces visites étaient la garantie que leurs leçons n’étaient jamais frelatées.

PAR_1803

Lorsqu’on pénètre le dojo, tous les maîtres sont présents. Avec joie, j’ai construit Unjo An, l’Ermitage au-dessus des Nuages, pour accueillir leur présence exigeante et difficile.

DSC03695Kajiya Takanori soke, 12e successeur de Miyamoto Musashi lors de la cérémonie d’ouverture d’Unjo An. J’avais invité en esprit Noro Masamichi senseï et Iwami Toshio soke en ce jour propice.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s