Les 25 stations de la Voie

Do, tao en chinois, est la Voie comme chemin et manière. Comme chemin, il indique un mouvement, un départ, une séparation. Comme manière, une trace qui indique derrière le geste une personne ou une personnalité, un style ou une école.

Le Do de Noro Masamichi senseï, sa manière, est unique dans le monde de l’Aïkido. Cette manière qui signe son enseignement est devenue la mienne à force d’étude et même de décennies d’études. Je l’ai intégrée au point d’y voir autre chose que mes condisciples de l’époque qui suivaient la même leçon. Voici ce que je perçois aujourd’hui et ma façon de l’enseigner.

Au 1er niveau, le mouvement est réduit à son expression minimale afin que le souffle pénètre le corps et et réveille les trajets intérieurs. Au second, avec une économie de moyens remarquable, les 2 pratiquants abordent ensuite leur espace intermédiaire. Au troisième, ils débordent vers l’extérieur et amorcent l’étude des projections. Le tout est condensé en 25 mouvements.

Hiroshige_Benzaiten_Shrine_at_Inokashira_in_SnowLe temple Benzaiten à Inokashira, estampe de Hiroshige.

Le chef d’œuvre de Noro Masamichi senseï, une voie en 25 stations !

Dès le 1er cours, l’élève goûte à ces techniques de base. Pourtant le senseï, l’enseignant, est amené auparavant à montrer quelques mouvements avancés qui sont réservés aux anciens et qui requièrent une certaine maîtrise. Le nouveau venu regarde avec enthousiasme et appréhension la vigueur de la projection, la fermeté du contrôle, la chaleur de l’engagement. Ce geste, il le fera à son tour bien plus tard, sur le chemin de sa propre progression. Une fois cette direction donnée, le senseï l’invite à revenir à la technique de base.
CRW_2322

Donner le goût de la liberté de mouvement pour intéresser à la construction du geste.

Il y a un lien fort entre technique de base et technique avancée. Le kohaï, nouvel élève, doit mémoriser puis pas à pas améliorer son geste, sa posture, sa fluidité. Il réveille des muscles et en assouplit d’autres. Il trouve un équilibre jusque dans l’ukemi, la roulade. Il saisit le temps juste, l’occasion qui se présente, l’ouverture à son déplacement. Il découvre encore plus surprenant : le temps est dilaté par l’étude. Œuvrant au détail puis à l’ensemble, il en saisit les différents temps, leur écoulement ralenti ou accéléré par la maîtrise progressive du détail.
1-012

Analyser le détail pour gagner sur le temps.

J’ai toujours été sensible à l’intention du senseï. Je viens d’une famille d’enseignants, de grands sportifs et d’intellectuels. Comme on dit, je suis le fruit d’un mariage mixte ! Ces milieux singuliers ont formé ma compréhension des arts martiaux. Aussi, j’ai vite compris que les clés de la maîtrise étaient données dès le 1er cours et que le débutant est sur le même chemin que le maître. Si la base pratiquée par le débutant est une dilatation du temps, la liberté du maître en est la contraction.
3-011

J’aime travailler ces bases, ces kihon, pour pousser plus loin vers la leçon de Noro Masamichi senseï et en amont vers Ueshiba Moriheï senseï.

Chaque maître a pour ambition et pour devoir d’être un accès à la leçon qu’il reçut en son temps, quand il était débutant et futur maître.
fuji_53rd station_yoshida

53e station sur la voie du Tokaido, estampe de Hiroshige.

La manière est le don d’un chemin.

Photographies d’Antonin Borgeaud © 2006

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s